Auxon – Combat du 25 novembre 1870

Jean Paul Blanchard Janvier 2010

Le mardi 22 novembre 1870 vers midi, le village d’Auxon voit arrivé 120 soldats du 26eme régiment de Magdebourg commandés par le commandant Couvreur ; ce dernier d’origine française par son grand père, fit convoquer le maire, le docteur Emile Gallot pour lui signifier son intention de s’installer dans le village et de pourvoir a son logement et sa subsistance

Le lendemain mercredi 23 dans l’après midi, quatre habitants d’Eaux Puiseaux, tirèrent des coups de fusils sur un poste prussien établis au poste de Péage sur la route de Troyes a Auxerre ;  Les soldats ripostèrent immédiatement et partirent a la poursuite de leurs agresseurs, l’un d’eux fut tué dans les bois, un autre nommé Guillemin fut ramené prisonnier, ainsi que le maire d’Eaux Puiseaux prit en otage

Quelques habitants d’Auxon partirent informé un groupe de Francs Tireurs cantonnés à Brienon sur Armançon, sur la situation du village d’Auxon.

Ce groupe d’environ 300 Francs Tireurs, natifs du Doubs, était situé en poste avancé, de la ville d’Auxerre, qui était encore occupée à cette époque par les troupes françaises, du général Cambriels.

Tireurs d’élite, souvent indisciplinés, mais d’une bravoure et d’un courage sans égal, ils parcouraient les lignes arrières prussienne en y faisant des dégâts et des prises importantes ainsi que de nombreux tués dans des groupes isolés ; redoutés par l’ennemi, ce dernier n’hésitait pas a les fusillés, sans autre formé de procès lorsqu’il en faisait prisonnier un !

Bien renseigné sur le nombre de soldats prussiens, le capitaine Ordinaire qui commandait ces Francs Tireurs se mit en route le 24 novembre avec ses 300 hommes, traversa St Florentin et arriva a Neuvy Sautour le soir, après une courte halte, il repart sur Villeneuve au chemin, ou la le groupe se divise en deux, l’un continu sur la route de Troyes, l’autre contourne Auxon par le sud

25 novembre  4 heures du matin un groupe d’environ 50 Francs Tireurs attaque le poste de « Péage » qu’ils savent peu défendu, et après un bref combat 6 prussiens sont tués, coté français trois hommes sont morts

Alerté par la fusillade, le poste prussien d’Auxon voit arrivé sur lui le deuxième groupe, qui après une décharge de fusils, l’attaque a la baïonnette et l’arme blanche.

Le commandant Couvreur, en voyant ces Francs Tireurs, dont il connaît la réputation, préfère prendre la fuite, abandonnant ses hommes à leur sort.

C’est alors la débandade chez les  prussiens qui s’enfuient sur la route de Troyes, 1 homme sera tué et 12 autres fait prisonniers ; coté français 3 hommes sont tués et plusieurs blessés

7 heures du matin, avant de partir, les Francs Tireurs enterrent trois des leurs à Eaux Puiseaux et amènent les blessés prussiens auprès de l’abbé Dupont pour y être soignés

Ils enterrent ensuite 7 prussiens à Auxon ainsi que trois des leurs

8 heures, ils retournent sur St Florentin pour y déposer leurs blessés et regagner leurs cantonnements de Brienon sur Armançon

Les troupes prussiennes reviendrons le 26 novembre saccageront et brulerons en grande partie le village en représailles

Sources Service historique de l’armée de Vincennes

Octave Rameau  historien et journaliste aubois en 1871

Journal l’Aube

Capitaine Leclerc

Staatsarchiv de Stuttgart